Antoine Benkemoun

03 Juin, 2010

Le libre dans le monde de l’entreprise : retour d’expérience

Posté par Antoine dans la catégorie Libre

Ça fait assez longtemps que j’avais pour projet d’écrire cette série de billets sans savoir comment la formuler correctement. Le sujet dispose de fortes tendances polémiques et de déchainement de passion. Je pense avoir trouvé une formule adéquate pour l’évoquer. La formule choisie est le retour d’expérience.

Un retour d’expérience est le partage avec d’autres d’une situation donnée. Ca n’a donc absolument pas la moindre valeur universelle et n’est donc pas transposable à d’autres situations. Ce paragraphe a pour but de limiter toute polémique ou du moins essayer de le faire.

Je souhaite revenir sur la vision du libre dont avait la société dans laquelle j’ai pu travailler, à savoir, Orange Business Services. Par libre, j’entends essentiellement les applications open source gratuites ainsi que les applications « freemium ».

Étant dans le pôle infrastructure recoupant de très nombreux domaines de compétence tels que le réseaux et la supervision, il était régulièrement évalué diverses solutions pour répondre à un besoin. Lors de l’évaluation en question, il était choisi quasi systématiquement un panel incluant une solution libre et une panoplie de solutions propriétaires.

La solution libre était systématiquement présentée en tant que solution de dernier recours ou bien bas de gamme. Même les plus mauvaises solutions propriétaires étaient présentés comme supérieures du simple fait qu’elles étaient payantes. Les fonctionnalités de la solution libre étaient le plus souvent présentées comme bancales ou « développées par un étudiant dans son garage ».

Lorsqu’un besoin était soulevé sans aucun budget associé, la demande était systématiquement tournée vers une solution libre car elle ne coûte rien. La solution proposée par le biais d’outils libres n’était jamais satisfaisante car trop générique.

Je pense que la perception des solutions libres était particulièrement mauvaise dans la situation en question. J’ai, bien évidemment, sélectionné les exemples les plus marquants.

La subtilité qui semblait avoir était oubliée est que les logiciels libres ne sont pas des solutions dîtes « clé en main ». Un logiciel libre est une sorte de proposition que l’on peut adapter à ses besoins. Les fonctionnalités proposées sont le plus souvent tout à fait fonctionnelles mais nécessitent une légère adaptation à la situation donnée.

Surtout, une solution libre ne signifie pas forcément solution gratuite surtout dans un contexte d’entreprise où chaque situation a ses spécificités. Il est quasiment indispensable de disposer de développeurs ou bien de personnes ayant des connaissances solides en code afin de pouvoir adapter la solution sur mesure. Cette adaptation sera bien capable de dépasser bon nombre de solutions propriétaires. Le coût de l’adaptation était probablement, dans la plupart des cas, inférieure au prix de la solution propriétaire. Dans la situation dont il est question ici, le site ne disposait d’aucun développeur.

Dans cette situation, les solutions libres étaient tout fait connues des décideurs mais les modalités inhérentes à leur implémentation ont été totalement omises et leur réputation a occulté les qualités de ces logiciels. Cet exemple montre d’une manière que les logiciels libres sont désormais connus du monde de l’entreprise mais leur déploiement peut se faire par défaut ou par manque de budget sans se donner les moyens de les utiliser pleinement.

Tags:

6 Commentaires to "Le libre dans le monde de l’entreprise : retour d’expérience"

1 | Quentin THEURET

juin 3rd, 2010 at 12 h 08 min

Avatar

Bonjour,

Travaillant dans une SSLL, je voulais nuancer votre propos concernant le paragraphe suivant :
« La subtilité qui semblait avoir était oubliée est que les logiciels libres ne sont pas des solutions dîtes « clé en main ». »

En effet, les logiciels libres ne sont pas des solutions « clé en main », mais il faut également faire le chemin inverse. Dans mon cas, la plupart de nos clients viennent nous voir car ils ne trouvent pas de solutions propriétaires qui répondent à leurs besoins. Pour répondre à leurs besoins, nous sommes obligés de construire des usines à gaz.

Les logiciels libres ne sont pas des solutions « clé en main », mais la base de ces solutions est souvent de bonne qualité, ce qui veut dire que les utilisateurs doivent également changer leurs habitudes comme lors de l’acquisition d’un logiciel propriétaire. Trop souvent, les utilisateurs veulent que la solution « colle » exactement à leurs habitudes.

Je suis d’accord avec vous sur le fait que les logiciels libres aient besoin de développements spécifiques pour être pleinement fonctionnel dans un cadre précis, mais cela doit rester, comme vous le dites, une légère adaptation à la situation donnée.

Cordialement,

2 | Shnoulle

juin 3rd, 2010 at 13 h 31 min

Avatar

Il est quasiment indispensable de disposer de développeurs ou bien de personnes ayant des connaissances solides en code

Eventuellement de s’attacher les services d’une entreprise pouvant:
– Effectuer les modifications/adaptations
– Assurer, rassurer à long terme.

:)

3 | nyquist

juin 4th, 2010 at 0 h 58 min

Avatar

J’ai moi aussi put constater que les solutions libres sont choix souvent (essentiellement) pour des raisons de prix. Quand bien même elle serait plus performante que leur équivalent propriétaire.
De plus j’ai souvent vu des logiciels mal adapté à leur fonctions, lents, buggés ou simplement pas pratique mais malgré tout utilisé car la décision a été prise et revenir dessus serait admettre une erreur (surtout quand cette solutions est payante… cela serait une perte sèche visible… les pertes de productivité induites ne sont pas visibles sur le budget!)

Le pire de tout c’est que généralement des forces vives de l’entreprise a des postes techniques et non décisionnel sont prêt a pousser les solutions libres, voir on envie de les mettre en places, mais leur compétences et expertise sont totalement ignoré ou incomprise (et à la fin ils se barrent…)

4 | Antoine

juin 4th, 2010 at 10 h 56 min

Avatar

@Quentin, je suis d’accord avec toi. Le domaine de l’informatique est un des rares domaines ultra-technique où tout le monde se fiche de la technique. Lorsqu’on construit une centrale nucléaire ou un avion, le client accède à toutes les spécifications techniques qu’il valide ou non… Je pense surtout que les utilisateurs ont moins de patience face à un logiciel libre qu’à un logiciel payant ce que je ne saurais expliquer.

@nyquist, merci pour ton retour d’expérience. Ce que tu relates est tout à fait applicable dans cette situation également !

5 | Nico

juin 9th, 2010 at 7 h 18 min

Avatar

Je rejoins assez ton avis, d’ailleurs j’avais prévu de rédiger une note à ce propos sur mon site… tres bientot. Je ne manquerais pas de faire un lien vers tes arguments

6 | Vinz

juin 26th, 2010 at 13 h 15 min

Avatar

Bonjour ! Merci pour ce retour d’expérience enrichissant !
@Nico : Le cadre décideur aura tendance à montrer plus de patience avec un produit sur lequel il a misé, pour lequel il s’est engagé en terme de RoS, qu’avec une solution libre. En ce qui concerne les utilisateurs autres, c’est malheureusement le réflexe primaire du « c’est cher donc c’est bien » qui semble primer. Décevant, en effet.
Pourtant, comme évoqué plus haut, la solution libre ne se révèle pas toujours meilleur marché (enfin, si l’on souhaite l’implémenter correctement), mais globalement, on a quelque chose qui tient.
Il reste à espérer que davantage de gens réalisent qu’il y a également des assurances qualité viables et durables pour les solutions libres (et là, je ne parle pas forcément de gratuit) et ce, depuis longtemps.

Ajoutez votre commentaire

A propos de ce blog

Ce blog a pour objectif de partager des informations avec tous les internautes. Comme indiqué dans le titre, je traiterais de différrents sujets gravitant autour de la sécurité informatique, de la virtualisation, de la l'administration système et du réseau.