Antoine Benkemoun

12 Août, 2009

La détection d’intrusion illustrée

Posté par Antoine dans la catégorie Libre|Réseau|Sécurité

network-security-fingerSuite à mon précédent article sur la détection d’intrusion, je n’ai pas eu l’impression d’avoir été particulièrement clair et limpide. Je pense que le manque de clareté vient surtout du fait qu’il s’agissait d’un article plutôt théorique. Pour ce nouvel article, je vais donc essayer de me concentrer sur l’illustration pratique de la détection d’intrusion.

Fonctionnement global

Comme je l’ai expliqué précédemment, la détection d’intrusion a pour objectif de détecter les activités anormales sur les divers équipements informatiques. Elle permet donc une visibilité élargie sur les incidents de sécurité du réseau. Cette visibilité élargie provient de deux élements : la corrélation et l’analyse. La corrélation est la technique qui met en relation les remontées d’information de plusieurs équipements afin de trouver de similitudes. L’analyse est ce qui permet d’interpréter des remontées d’informations afin d’en tirer une conclusion intelligible. Ceci fera l’objet du second schéma. Ce premier schéma a pour objectif d’illustrer le fonctionnement global.

DetectionIntrusion

Sur ce schéma, on voit tout d’abord notre réseau « de base » symbolisé par la grande barre bleue. Sur ce réseau, nous avons nos serveurs / postes de travail connectés. En sortie de réseau, nous avons un firewall avec une patte vers Internet et une patte dans notre réseau. On va ensuite distinguer deux types de détection d’intrusion : la détection d’intrusion machine (HIDS pour Host Intrusion Detection System) et la détection d’intrusion réseau (NDIS pour Network Intrusion Detection System).

Afin de mettre en place la détection d’intrusion machine, il va être nécessaire d’installer une sonde sur chaque serveur ou équipement réseau que l’on souhaite inclure dans le système de détection d’intrusion. Ces sondes rempliront différentes fonctionnalités de récolte d’information et d’analyse primaire. Je ferais un article couvrant plus spécifiquement ce type de détection d’intrusion. On parlera donc de sonde HIDS. Les sondes peuvent être de différents types en fonction de ce que l’on souhaite faire et en fonction du SIM. Des exemples de sonde HIDS sont OSSEC, Samhain ou Tripwire.

Ensuite, afin de mettre en place la détection d’intrusion réseau, il va être nécessaire d’installer une sonde sur le réseau. Le raccordement de cette sonde diffère d’un système standard car par défaut elle ne recevrait que le trafic qui lui est destiné. Ainsi, elle n’aurait qu’une vue très réduite du réseau. Pour qu’une sonde NIDS soit efficace, il faut qu’elle reçoive la totalité du trafic du réseau. Cette fonctionnalité peut s’appeller « Port Mirroring » ou « Port monitoring ». La sonde effectuera une analyse primaire de tous les paquets qu’elle va recevoir. Un exemple de sonde NIDS est Snort.

Le résultat de l’analyse primaire effectuée par ces sondes sera ensuite envoyé au SIM (Security Information Management). Le SIM est l’élément qui va recevoir toutes les remontées d’informations des différentes sondes NIDS et HIDS. Il fera ensuite entrer en jeu la corrélation afin de pouvoir interpréter de manière plus globale ces informations ainsi que l’analyse de la globalité des informations. Il stockera ces informations en base de données afin de pouvoir créer un historique des événements réseau et de pouvoir retracer des incidents.

Analyse des remontées d’information

Je pense que le schéma de fonctionnement global a du clarifier le fonctionnement d’un système de détection d’intrusion d’un point de vue architectural. Je vais ensuite détailler le cheminement de l’analyse d’un événement de sécurité. Le schéma suivant prend pour exemple une tentative (certes légère) de bruteforce d’un serveur SSH.

DetectionIntrusionAnalyse

Les cylindres du bas représentent les différents fichiers de log qui peuvent se trouver sur une machine physique ou bien sur un équipement réseau.

On voit sur ce schéma que les fichiers de logs vont remonter des informations brutes qui correspondent à l’utilité qui est faite de l’application. Iptables va remonter un nombre de sessions TCP, auth va remonter une erreur dans un mot de passse et SSHD va remonter une erreur d’authentification. Le HIDS va récolter ces informations à travers la lecture continue des ces fichiers de logs et envoyer les informations au SIM. Le SIM va ensuite interpréter ces informations et en tirer une conclusion bien plus concrète que les messages de logs précédents.

En pratique, des remontées d’information aussi basiques seront interprétés directement par l’HIDS qui transmettra son interprétation au SIM. Le SIM a plus un rôle de corrélation de différentes sources et d’analyse d’événements conjoints qui mis bout à bout peuvent avoir une signification plus intéressante.

Au final, j’espère que cet article permettra de clarifier un peu plus les choses.

A propos de ce blog

Ce blog a pour objectif de partager des informations avec tous les internautes. Comme indiqué dans le titre, je traiterais de différrents sujets gravitant autour de la sécurité informatique, de la virtualisation, de la l'administration système et du réseau.