Antoine Benkemoun

13 Juil, 2009

L’intérêt de la virtualisation

Posté par Antoine dans la catégorie Libre|Virtualisation

tech-presentation-2Je vous ai déjà présenté le projet Xen dans un billet précédent en vous en ventant ses mérites mais je ne vous ai même pas présenté l’intérêt de la virtualisation. Je vais donc faire le tour des avantages que peut apporter la virtualisation à une plateforme informatique existante ou bien à un projet de plateforme informatique. Ces avantages se divisent en quatre catégories principales : coût, sécurité, criticité et performances.

Constat

Dans une architecture classique (sans virtualisation donc), chaque service dispose de sa propre machine physique. Cette règle informelle ou plutôt « Best Practice » permet d’éviter que la compromission d’un service impacte d’autres services sur la machine. En conséquence, une architecture de ce type implémente une machine par service proposé sans compter les « Hot Spare ». Les « Hot Spare » sont des machines qui attendent une panne de la machine principale pour de prendre le relai et assurer la continuité du service.

Au final, les machines sont peu utilisées surtout avec les configurations matérielles d’aujourd’hui comprenant processeurs Dual-Core ou Quad-Core.

Avantages en terme de coût

La virtualisation va permettre de mutualiser les équipements physiques afin de supporter plusieurs systèmes d’exploitation sur une même machine physique. Au lieu d’avoir une machine physique pour chaque service, nous allons donc avoir un système d’exploitation pour chaque service. Les deux situations ne sont pas totalement équivalentes mais on s’en approche.

Une société va donc pouvoir héberger dans un espace moindre, avec une climatisation moindre et avec une consommation électrique moindre un même nombre de services. La variable d’ajustement sera le taux d’utilisation des machines physiques. L’architecture sera donc utilisée de manière plus efficace. De manière plus concrète, au lieu d’avoir un parc de serveurs bas de gamme hébergeant chacun un service, une société va pouvoir acheter un nombre restreint de serveurs haut de gamme plus puissants. Ceci va lui permettre de louer moins d’espace en datacentre et d’utiliser proportionnellement moins d’électricité.

Il faut cependant noter qu’une architecture virtualisée rajoute une surcharge de maintenance dans la mesure où il a été rajouté une couche applicative entre les ressources physique et le système d’exploitation. Cette couche applicative aura besoin d’être maintenue ce qui générera des coûts supplémentaires par rapport à une architecture classique.

Avantages en terme de sécurité

Etant donné que la virtualisation exécute plusieurs systèmes d’exploitation sur une même machine, il est primordiale qu’elle assure un cloisonnement parfait. Une faille dans ce dernier constituerait une faille de sécurité considérable. La virtualisation s’efforce d’arriver à un cloisonnement proche du cloisonnement physique. Le cloisonnement dans le cadre de la virtualisation reste cependant largement meilleur que dans le cas de plusieurs services sur un même système d’exploitation.

La virtualisation donne également la possibilité de créer des environnements de tests standardisés afin d’effectuer des tests de pénétration ou bien d’infection. La possibilité de mettre en pause une machine virtuelle est intéressante afin de pouvoir étudier le comportement de code malicieux par exemple. Je ne connais pas d’implémentation de cette possibilité mais la perspective me semble prometteuse.

Avantages en terme de criticité

Nous avons qualifié la possibilité d’exécuter plusieurs systèmes d’exploitation sur une même machine physique en tant qu’avantage. Il s’agit certes d’un avantage en terme de coût mais surement pas d’un avantage en terme de criticité. Une panne matérielle induit l’indisponibilité d’un grand nombre de services. La virtualisation permet de palier à cette problématique en fournissant de nombreux outils.

Dans le cadre d’un système d’exploitation classique, il est simple de sauvegarder des applications, des données ou des fichiers de configuration. Cependant, la virtualisation va permettre de faire une sauvegarde de la totalité des données d’une machine. Dans le cas d’une restauration de sauvegarde, il sera possible de restaurer un système d’exploitation fonctionnel rapidement sans devoir tout réinstaller. Ceci est un gros avantage de la virtualisation.

La virtualisation permet également de migrer des systèmes d’exploitation d’une machine physique à une autre en moins d’une seconde. Ceci permet d’éviter une indisponibilité en cas de modification de la configuration matérielle d’un équipement.

Avantages en terme de performance

Dans le cadre d’une architecture classique, si une machine nécessite plus de mémoire vive par exemple, il est nécessaire de prévoir un temps d’indisponibilité et le déplacement d’un technicien sur site. La virtualisation va permettre d’augmenter les ressources physiques de manière instantanée et sans manipulation de matériel ni déplacement de personnel. Il suffit d’exécuter une commande afin de rajouter de la mémoire vive ou de l’espace disque. Traditionnellement, ces augmentations se faisaient dans la mesure des ressources physiques. Depuis quelques temps, il est possible d’attribuer plus de mémoire vive qu’il est disponible dans la machine. La mémoire vive non utilisée par une machine virtuelle sera ainsi attribuée à une autre.

A propos de ce blog

Ce blog a pour objectif de partager des informations avec tous les internautes. Comme indiqué dans le titre, je traiterais de différrents sujets gravitant autour de la sécurité informatique, de la virtualisation, de la l'administration système et du réseau.